Rechercher

La médecine esthétique au service d’une ménopause toute en beauté

Tant sur le plan physique que psychique, la ménopause est un tournant particulier dans la vie d’une femme. Les répercussions sur la silhouette et le visage sont généralement plutôt disgracieux. Une fatalité ? Aujourd’hui la médecine et chirurgie esthétiques sont une aide significative pour appréhender cette période beaucoup plus sereinement.



Lutter contre le relâchement cutané

Tout d’abord la morphologie du visage peut changer de manière importante, en raison de la fonte des compartiments graisseux et du relâchement des tissus. Certains se creusent, d’autres s’empâtent. Pour beaucoup ce n’est pas encore l’heure du lifting mais il y existe d’autres solutions douces pour restaurer l’harmonie du visage.


Parmi les signes qui ne trompent pas sur l’âge : les tempes, les paupières et les joues se creusent, le bas du visage s’écroule, les plis s’accentuent… Pour corriger cela, priorité est donnée aux injections d’acide hyaluronique qui comblent les fissures et restaurent les volumes perdus de façon immédiate. Vient ensuite la toxine botulique pour corriger les rides d’expression.


Si les résultats obtenus au niveau de l’ovale avec ces retouches ne sont pas suffisants, il est possible de les peaufiner avec des technologies utilisant la chaleur (qui stimulent la fermeté de la peau) type radiofréquence.

Mais après cinquante ans, on peut avoir besoin de plus. Dans ce cas, une autre solution peut être proposée : Le lifting cervico-facial qui est une technique très largement maîtrisée aujourd’hui et qui rafraîchit le visage sans le dénaturer.

Retrouver une peau douce et confortable

On force sur l’hydratation ! Avec une crème à base d’acide hyaluronique . Le tout complété chez le médecin esthétique par des séances de skinboosters qui réhydratent en profondeur les tissus tels que le propose l’Hydrafacial.

Affiner sa silhouette

A la ménopause, tout le monde ne grossit pas. Certaines font même l’inverse en s’asséchant complètement.


Problème fréquemment invoqué en consultation : « Ma poitrine devient vraiment trop volumineuse ». Même en perdant du poids, la ménopause fait place à un sein graisseux, qui prend jusqu’à deux tailles de bonnet. Il faut donc recourir à la réduction mammaire (réduction) ou mastopexie (lifting).


La prise de poids est également fréquente avec une tendance de la graisse à se loger sur le ventre parfois même chez celles qui n’en n’ont jamais eue. Si le régime reste sans effet la meilleure solution est la liposuccion. Un acte chirurgical qui a le mérite d’être radical. Pour les réticentes au bistouri des techniques comme la cryolipolyse (traitement des cellules graisseuses par le froid) permettent toujours d’améliorer la silhouette.


Enfin, en cas de relâchement associé une abdominoplastie peut être pratiquée. Le bas du corps lui, résiste à l’empâtement. C’est même plutôt l’inverse car souvent les fesses fondent. En revanche, la cellulite augmente et là aussi des solutions douces existent comme la radiofréquence


Il faut simplement dire ou rappeler aux femmes que nombre de solutions existent mais aussi que la personnalisation des programmes d’embellissement avec votre chirurgien est la clef du succès !



9 vues0 commentaire